Florent Boudié répond à la campagne de com menée par Vins et Société

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Madame, Monsieur,

J’ai bien pris connaissance de votre courriel dans lequel vous relayez la campagne nationale menée par Vins et Société concernant des mesures qui seraient envisagées contre le vin en France suscitant ainsi l’inquiétude des 500 000 acteurs de la vigne et du vin en France.

S’il est légitime que des instances telles que la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et Toxicomanies (MILDT) porte des réflexions et des préconisations en matière de santé publique, il est faux de laisser entendre qu’elle propose une série de mesures prévoyant une restriction sévère de la communication autour du vin.

Ces mesures vivement dénoncées, à juste titre, par la filière viticole n’ont en fait jamais été retenues par la mission interministérielle. Il convient donc très nettement de vous rassurer sur ce point, et je vous invite ainsi à parcourir le plan de lutte contre la drogue et les conduites addictives que vient de remettre la MILDT au Premier ministre pour constater que le seul passage relatif à la communication en ligne est le suivant : « Les recherches sur le packaging des produits, la présence des marques et des produits dans les médias, y compris en ligne, seront encouragées ».

Il ne peut s’agir en l’état d’une volonté explicite de censurer l’alcool, et donc le vin, sur Internet.Vendanges.

Concernant l’inquiétude relative à un projet de fiscalité sur le vin, il convient là aussi de rappeler la vérité des faits : aucune fiscalité pesant sur le vin n’est présentée dans le cadre du Projet de Loi de Finances de la Sécurité Sociale pour 2014. Le Ministre de l’Agriculture a d’ailleurs publiquement démenti toute idée de taxation sur le vin pour 2014, et apporté son soutien à la filière.

A ce titre, je dois vous rappeler que dès le 14 mai dernier, je m’opposais publiquement à tout projet d’une telle fiscalité sur les produits viticoles. En effet, deux sénateurs, l’un socialiste, l’autre UMP, se s’étaient vus confier, par la mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (MECSS), l’élaboration d’un rapport consacré à la fiscalité dite comportementale. J’avais alors indiqué qu’il serait inacceptable de voir surgir de nouvelles taxes sur le vin en arguant d’une prétendue fiscalité comportementale.

Dois-je vous rappeler également qu’il y a quatre maintenant, la France avait commis une faute lourde en acceptant la suppression des droits de plantation au niveau européen. Cette faute é été repoussée à la fin de l’année 2012, de même que la mention « château » qui ne sera galvaudée.

Le vin n’est pas une plaie encore moins une anomalie pour notre pays. C’est au contraire une chance forte et un atout formidable. Rien ne doit être fait pour affaiblir notre viticulture dont je rappelle sans cesse qu’elle est la deuxième source d’exportations françaises derrière l’aéronautique mais devant l’industrie du luxe.

L’économie viticole apporte à notre pays des savoir-faire qu’elle transmet de génération en génération. Le vin est un produit de cultures qu’il nous faut collectivement valoriser, et sans cesse protéger. C’est le sens de mon action au quotidien auprès des viticulteurs de mon territoire, du fronsadais à Saint-Emilion, en passant par l’Entre-deux-Mers, les côtes de Castillon ou l’appellation Sainte-Foy-Bordeaux.

Vous pouvez compter sur mon soutien et mon âpreté pour défendre les femmes et les hommes qui oeuvrent au quotidien pour faire vivre, développer et porter au-delà de nos frontières souvent la filière viticole.

Souhaitant vous avoir apporté les réponses nécessaires à vous rassurer,

Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Mots-clefs : , , ,

Laisser un commentaire