Éducation prioritaire: 37 députés alertent Najat Vallaud Belkacem

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

PANCARTE-EDUCATION-BDJ’ai pris l’initiative, la semaine dernière, d’alerter une nouvelle fois la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud Belkacem, sur les conséquences locales de la réforme de l’éducation prioritaire.

37 députés au total ont accepté de co-signer la lettre que je proposais de lui adresser. Après une première rencontre avec la ministre ce mardi 9 décembre, les échanges se poursuivent avec son cabinet.

Objectif: garantir les mesures d’accompagnement pour les secteurs qui seraient appelés à sortir de l’éducation prioritaire, à l’image de Lussac.

Lettre adressée à Najat Vallaud Belkacem

« Madame la Ministre,

En choisissant de remettre à plat les moyens et la carte de l’éducation prioritaire, vous avez entrepris une réforme indispensable pour renforcer la lutte contre les inégalités scolaires.

Le dispositif d’éducation prioritaire méritait d’être repensé pour concentrer les efforts dans les territoires où les carences éducatives et sociales sont les plus grandes.

Pour autant, la réforme que vous vous apprêtez à engager suscite beaucoup d’incompréhension parmi les membres de la communauté éducative et les parents d’élèves.

Le manque de dialogue en amont du projet de réforme, entre les services académiques et les élus locaux, comme avec les acteurs de l’éducation nationale et les représentants des parents d’élèves, suscite une méfiance légitime.

La méthode consistant à figer par anticipation le solde d’entrants et de sortants de la géographie prioritaire a éteint toute possibilité de dialogue avec les services académiques.

Ainsi, les élus locaux et la communauté éducative ont-ils pris connaissance de la future carte de l’éducation prioritaire, parfois dans la presse, sans infléchissement possible.

Une autre approche était possible, partenariale et concertée, plutôt que la vision comptable d’une enveloppe figée rendant inutile toute forme de dialogue à l’échelle locale.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de bien vouloir reporter les arbitrages que vous vous apprêtez à rendre le 17 décembre prochain.

Nous souhaitons, comme cela fut le cas pour la réforme de la carte de la politique de la ville, que l’État organise une concertation fine avec les territoires concernés.

C’est pourquoi nous pensons urgent que vous annonciez le gel des propositions académiques qui vous seront formulées par les recteurs d’académie avant ce vendredi 12 décembre.

Dans un domaine d’action publique aussi sensible que celui de l’éducation prioritaire, il nous paraît en effet urgent que vos services se mettent véritablement à l’écoute des territoires que nous représentons.

Nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments les meilleurs. »

Signataires :

Sylviane ALAUX, Députée des Pyrénées-Atlantique, Joël AVIRAGNET, Député de Haute-Garonne, Christian ASSAF, Député de l’Hérault, Alexis BACHELAY, Député des Hauts-de-Seine, Serge BARDY, Député de Maine-et-Loire, Catherine BAUBATIE, Députée de Haute-Vienne, Florent BOUDIÉ, Député de la Gironde, Kheira BOUZIANE, Députée de la Côte d’Or, Sylviane BULTEAU, Députée de Vendée, Alain CALMETTE, Député du Cantal, Jean-Yves CAULLET, Député de l’Yonne, Romain COLAS, Député de l’Essone, Marie-Anne CHAPDELAINE, Députée d’Ille-et-Vilaine, Pascale CROZON, Députée du Rhône, Seybah DAGOMA, Députée de Paris, Michèle DELAUNAY, Députée de la Gironde, Philippe DOUCET, Député du Val d’Oise, Françoise DUBOIS, Députée de la Sarthe, Françoise DUMAS, Députée du Gard, Hervé FÉRON, Député de Meurthe-et-Moselle, Hugues FOURAGE, Député de Vendée, Jean-Marc FOURNEL, Député de Meurthe-et-Moselle, Laurent GRANDGUILLAUME, Député de Côte d’Or, Estelle GRELIER, Députée de Seine-Maritime, Chantal GUITTET, Députée du Finistère, David HABIB, Député des Pyrénées-Atlantique, Sandrine HUREL, Députée de Seine-Maritime, Anne-Yvonne LE DAIN, Députée de l’Hérault, Lucette LOUSTEAU, Députée du Lot-et-Garonne, Frédérique MASSAT, Députée de l’Ariège, Michel MÉNARD, Député de Loire-Atlantique, Philippe PLISSON, Député de la Gironde, Frédéric ROIG, Député de l’Hérault, Gilles SAVARY, Député de la Gironde, Stéphane TRAVERT, Député de la Manche, Caroline TROALLIC, Députée de Seine-Maritime, Fabrice VERDIER, Député du Gard

Mots-clefs : , , , ,

Commentaires (5)

  • Estebenet

    |

    Merci à nos élus de faire ainsi l’état de nos inquiétudes. Nous espérons que madame la ministre entendra notre appel.

    Répondre

  • chollon

    |

    bonjour, en tant qu’enseignant, parent et maire de la commune de loupiac à côté de Cadillac, je partage entièrement le contenu de votre courrier à la ministre et j’espère qu’elle vous entendra….je ne suis pas d’accord par contre pour rentrer en négociation avec le ministère afin de négocier les fameuses conventions qui n’ont pas d’autres objectifs que de diviser le mouvement et faire passer la réforme. C’est reculer pour mieux sauter dans trois ans car vous savez bien maintenant que les choix économiques et financiers que vous avez pris à l’assemblée ne feront qu’appauvrir encore nos territoires. En vous félicitant tout de même pour ce sursaut de lucidité et de combativité qui ranime un tout petit peu l’espoir…il y aurait encore une gauche en france.

    Répondre

  • bernie

    |

    Le réaménagement des horaires de classe ne change absolument rien à l’action éducative qu’il faudrait mettre en place pour que l’enfant sache lire, écrire et compter. L’enfant est bouleversé dans ses repères au quotidien. Que ce passe t’il ? Avez vous le droit de manipuler les enfants à ce point ?

    Répondre

  • bernie

    |

    Bonjour,

    je pense que la carte des zones prioritaires d’éducation est une aberration. Pourquoi ne pas rendre équitable l’éducation pour tous les enfants.

    Répondre

  • bernie

    |

    Très chère Éducation pour le contribuable
    Le contribuable est celui qui envoie ses enfants dans le privé lorsque le public est défaillant.

    Répondre

Laisser un commentaire