L’offensive du lobby hygiéniste contre le vin repoussée à l’Assemblée nationale

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Assemblée Nationale

Les députés socialistes des départements viticoles, dont Florent Boudié et Gilles Savary, au nom des députés de la Gironde, ont rencontré, hier, à 14h30, la ministre de la santé, Marisol Touraine, avant la reprise de la séance d’examen de la loi santé prévue en fin d’après-midi. Cette rencontre a fait suite à une semaine de discussions engagées par les deux députés visant à écarter toute mesure qui viendrait durcir, dans le projet de loi de santé, le cadre juridique fixé, voici 23 ans, par la loi du 10 janvier 1991, dite « loi Évin ».

Personnellement attachée à ce que l’on en revienne à son projet initial, Marisol Touraine a décidé de déposer un amendement gouvernemental, reprenant l’amendement présenté par Florent Boudié et signé par plus de 60 députés, afin de supprimer les dispositions, votées le 17 mars par la Commission des affaires sociales, qui ouvraient la possibilité d’un durcissement des messages sanitaires imposés pour toute publicité sur les boissons alcoolisées (amendement Véran), tout en demandant à leurs auteurs le retrait de tout amendement entrant dans le champ d’application de la loi Évin, à l’image de l’interdiction de la publicité sur les boissons alcoolisées à proximité des établissements scolaires, centres de loisirs et de formation.

Afin de protéger le statu quo et les équilibres atteints par la loi Évin, sans rien céder au lobby hygiéniste qui s’attaque depuis plusieurs années à la filière viticole, il a par ailleurs été convenu que l’amendement du député socialiste Denis Robillard, visant à clarifier le régime de la publicité des boissons alcoolisées, soit également retiré et intégré dans un autre véhicule législatif.

Comme Gilles Savary l’avait proposé à l’occasion d’une récente rencontre entre les parlementaires girondins et les représentants du CIVB, les deux députés vont dès à présent travailler, en lien avec le député Denis Robillard, pour intégrer, si l’état d’avancement de la lecture sénatoriale le permet encore, des mesures de sécurisation juridique du régime de publicité des boissons alcoolisées dans le cadre de la loi dite « Macron », au titre de la compétitivité de la filière viticole et de sa contribution à l’économie nationale.

Conquis de haute lutte contre les assauts de celles et ceux qui, toutes sensibilités confondues, ne cessent de stigmatiser la filière viticole, pourtant l’une des « pépites » les plus exceptionnelles de notre pays, Gilles Savary et Florent Boudié observent que les députés élus de territoires viticoles doivent faire preuve d’une vigilance de chaque instant pour protéger, valoriser et contribuer au développement de notre viticulture, cette part essentielle de notre identité rurale.

Mots-clefs : , , , , ,

Commentaires (5)

  • GRAFF Henri

    |

    BRAVO, félicitations.

    Répondre

  • B

    |

    Monsieur le Député,

    Je veux croire à la publicité sur les alcools.

    Mais pourquoi les alcools forts tel que par exemple n’sont mis en vente en toute liberté. Pourquoi le vin devrait il d’estampiller de cette publicité. Le vin est recommandé par les médecins. Personnellement he demande le retrait de cette publicite qui nuit gravement à la production et la commercialisation du vin de Bordeaux.
    Vous remerciant de l’attention que vous reserverer
    à ma demande.
    Bien cordialement.
    Une habitante du Nord Gironde

    Répondre

  • B

    |

    Monsieur le Député

    Pour simplifier mon message précédent,
    un verre de bordeaux blanc sauvignon ou un bon rosé accompagné de crevettes crises est meilleur qu’un vieux whisky.

    Bien cordialement

    Répondre

  • DECOSTER Caroline

    |

    MERCI

    Répondre

Laisser un commentaire