Articles marqués avec ‘Aquitaine’

Réforme territoriale : mon intervention en Commission

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Rapporteur, pour ma Commission, du projet de loi de nouvelle délimitation des régions, j’intervenais, mardi 8 juillet, pour l’examen du texte. Voici le verbatim de ma prise de parole, mon rapport étant disponible ICI.

« Notre commission s’est saisie pour avis du projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral, qui a été présenté en conseil des ministres le 18 juin dernier, en même temps que le second projet de loi, qui porte sur les compétences des collectivités territoriales. Celui-ci sera examiné par notre assemblée à l’automne, mais son contenu, désormais connu de tous, est déjà sur la table des discussions. La réforme territoriale qui est proposée à notre assemblée s’appuie sur une vision globale, déclinée en deux textes. Quels en sont les objectifs ?

Il faut réformer nos territoires

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Du grand débat sur le réforme territoriale lancée par le président de la République et le premier ministre après les élections municipales, beaucoup a été dit. Tellement, d’ailleurs, que l’urgence n’est plus, aujourd’hui, à préparer nos territoires à un « big-bang » de grande ampleur, qu’à espérer ne pas devoir revenir devant l’opinion publique pour justifier un enlisement de première classe…

Réforme territoriale: l’intervention de Florent Boudié

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Assemblée Nationale

Monsieur le président,
Mesdames les ministres,
Messieurs les présidents de commission,
Monsieur le rapporteur,
Mes chers collègues,

Il faut avouer que, dans notre pays, tout projet de décentralisation finit par prendre des allures de guerre de tranchées où chacun campe sur ses positions : les communalistes qui font face aux intercommunalistes ; les régionalistes qui font face aux départementalistes. Sans compter ces élus – de bonne foi, bien sûr – qui arpentent les lieux de pouvoir pour réclamer le maintien du statu quo. Avec ce message, si souvent entendu : surtout, ne changez rien ! Ne changez rien de peur des élections locales ! Ne changez rien de peur des élections sénatoriales ! Vous avez, Mesdames les ministres, entendus ces cris du coeur… d’où qu’ils viennent.

Mais la décentralisation, c’est un grand dessein ! C’est d’abord et avant tout la redistribution des pouvoirs entre l’Etat et les territoires. C’est une République aux pouvoirs partagés qui assume la diversité de ses territoires. Et si je poussais la réflexion plus loin, je dirais même que la décentralisation est l’une des formes les plus abouties de la séparation des pouvoirs dans une démocratie moderne. Et qu’elle est tout sauf ce grand mécano juridico-institutionnel auquel on voudrait parfois la réduire.

Mes chers collègues, depuis trop longtemps, l’esprit même de la décentralisation est entré dans une phase de blocage. Tout se passe comme si notre pays ne parvenait plus à produire du compromis national sur l’organisation décentralisée de la République. Voilà pourquoi la tâche du Gouvernement était si difficile ! Et voilà pourquoi nous devons prendre le projet de loi dont nous débattons ce soir pour ce qu’il est : pas le grand soir, mais une étape sérieuse entre des revendications souvent antagonistes ; pas la grande marche mais un pas solide qui en annonce d’autres puisque deux autres textes seront proposés à nos discussions dans les prochains mois.