Articles marqués avec ‘ESOG’

ESOG de Libourne : le gouvernement confirme la reconversion du site

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

À l’occasion de son déplacement à Libourne, jeudi 7 mars, le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, confirmera la stratégie de reconversion du site arrêtée par les élus territoriaux depuis le changement de gouvernement.
 
Cette visite intervient alors que les discussions s’étaient accélérées ces dernières semaines : le18 février, le préfet de Région Aquitaine, préfet de la Gironde, Michel Delpuech, avait communiqué au ministre du budget la stratégie de reconversion validée par la ville de Libourne, la communauté d’agglomération du Libournais et le député. Cette stratégie sera en tous points confirmée par le ministre à l’occasion de sa venue en Gironde.
 
Retenu à l’étranger jusqu’à la fin de cette semaine, Florent Boudié se réjouit de cette avancée décisive pour Libourne et les Libournais : mercredi 27 février, le député avait organisé une dernière réunion de travail avec le directeur adjoint de cabinet et le conseiller immobilier du ministre, en amont de son déplacement à Libourne, pour préparer les arbitrages.
 
Pour le député, qui avait fait de la reconversion de l’ancienne école de sous-officier de gendarmerie une priorité absolue de son mandat, « les engagements du ministre du budget soldent les trois longues années d’immobilisme du gouvernement précédent et les effets d’annonces sortis du chapeau à la fin des dernières élections législatives ».
 
Florent Boudié voit dans ce résultat la preuve que « le sérieux, le travail et le pragmatisme valent mieux que l’obsession de la com et les mensonges : mon prédécesseur promettait 100 millions d’euros d’investissement distribués par un monsieur X dont plus personne n’entend parler ; nous apportons au contraire une solution forte, cohérente, globale et utile à Libourne. Pour atteindre ce résultat, il fallait jouer collectif et agir sans œillères. »
 
La stratégie de reconversion validée par le ministre du budget s’appuie sur la division du site en deux parties :
 
– la partie arrière, dite Proteau, de près de 4 hectares, sera soumise à un appel d’offres, sur la base d’un cahier des charges validé par le représentant de l’Etat, les collectivités locales et le député. 25.000 mètres carrés seront ainsi dédiés à la réalisation d’un « écoquartier » exemplaire sur le plan environnemental et comportant 25% de logements accessibles (logement social, accession sociale à la propriété, logements étudiants, …), dans le cadre du dispositif Duflot de cession à titre gratuit du foncier ;
 
– la partie avant de l’ancienne école, dite Lamarque, sera cédée aux collectivités publiques – ville de Libourne et communauté d’agglomération du Libournais – sur une base de prix permettant le développement des projets locaux d’intérêt général : le manège équestre, le pavillon central de l’ancienne ESOG et la place d’armes ont ainsi vocation à retrouver une utilité publique ; d’autres projets sont aujourd’hui mis à l’étude, en particulier par la ville de Libourne, à l’image d’un établissement scolaire dont l’opportunité et les coûts d’investissement sont en cours d’analyse.
 
Ces éléments seront rappelés à l’occasion de la rencontre organisée en mairie de Libourne, ce jeudi 7 mars, à 17h, en présence des services de l’Etat, des élus du territoire et du ministre du budget.
 
La prochaine étape sera la réévaluation financière du site, aujourd’hui estimé à 11 millions d’euros par France Domaine – 4,7 millions d’euros pour la partie arrière, 6,3 millions d’euros pour la partie avant -, en particulier la nécessité d’inverser  ces valeurs : la partie arrière étant destinée à de nouveaux droits à construire pour des opérateurs privés, adossés au dispositif Duflot, justifierait un montant de cession supérieur à la partie avant ; à l’inverse, la partie avant étant la plus contrainte par la portée patrimoniale du site datant de 1764 et destinée à des projets d’intérêt public, légitimerait un abaissement de nature à accompagner les projets publics valorisés par les collectivités locales. Ce volet du dossier sera également discuté à l’occasion de la rencontre avec le ministre.
 
Pour Florent Boudié, « nous sommes à un tournant dans ce dossier, les élus sont mobilisés et se serrent les coudes, le préfet est lui aussi convaincu que la reconversion de l’ESOG peut définitivement être réglée dès ce printemps. Il faut maintenant un arbitrage sur le prix, sans brader les intérêts de l’Etat mais en restant pragmatique : depuis trois ans, la direction générale de la gendarmerie nationale attendait 17 millions d’euros de recettes de cette cession, or ce montant est totalement déconnecté du marché Libournais. C’est ce que j’ai rappelé au cabinet du ministre la semaine dernière. Nous sommes déjà passés à 11 millions d’euros au total. Sur la partie avant, la baisse doit être plus sensible, dans l’intérêt de tous. Mieux vaut des recettes immédiates même revues à la baisse pour l’Etat que pas de recettes du tout. Je sais que le ministre partage cette préoccupation. »