Articles marqués avec ‘Parti Socialiste’

Pourquoi les primaires mettent-elles les partis traditionnels au pied du mur?

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

On ne dira jamais assez les ravages des primaires quand les partis qui y recourent, fracturés à droite comme à gauche, vivent un effondrement de l’intérieur.

Les sondages (et leurs approximations) exprimaient la soi-disant préférence des Français pour Alain Juppé? Le cœur de la droite a finalement renversé la table électorale en choisissant François Fillon. Sans véritablement connaître la portée de son programme.

Il s’en est suivi une grande confusion sur l’avenir de notre protection sociale. Et le système d’alliances de la France entre l’Ouest et l’Est. Au point que François Fillon, loin d’être élu président de la République, a déjà ses frondeurs.

C’est maintenant au tour des électeurs de gauche d’opter pour une contre-programmation politique en faisant le choix d’un candidat que les Français connaissent, au fond, assez peu : Benoît Hamon.

Son style ouvert et la relative nouveauté de ses propositions sont d’autant plus séduisants pour de nombreux sympathisants de gauche que le quinquennat Hollande fut baroque et chaotique, résultat de la longue éclipse intellectuelle et programmatique qui étouffe le parti socialiste depuis au moins le 21 avril 2002 et le référendum sur le traité constitutionnel européen de 2005.

Le tour de force va même plus loin: les principaux axes de débat de la primaire ont tous été lancés par Benoît Hamon, du revenu universel à sa conversion écologique.

Primaire de la gauche: le résultat du 1er tour est-il une surprise?

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Avec moins de deux millions de votants, la primaire de la gauche est marquée par une faible mobilisation électorale. Loin des 2,6 millions de 2011 et des 4,3 millions de la primaire de droite en novembre, il est à craindre que le candidat désigné le 29 janvier ne puisse créer une dynamique présidentielle permettant d’empêcher le duel annoncé entre François Fillon et Marine Le Pen.

Le second tour qui s’annonce résume les déchirements qui n’ont cessé de traverser la gauche depuis la fracture du parti socialiste entre les tenants du « oui » et du « non » au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen. Cette fracture ne s’est jamais refermée. Au point de laisser place, tout au long du quinquennat, à une opposition frontale entre deux gauches aux conceptions opposées.

L’heure est à la refondation politique

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

img_0174Dans les prochains jours, tout, et même n’importe quoi, sera dit sur le triomphe de Donald Trump à l’élection américaine. En France, les candidats à la présidentielle ne manqueront pas de formuler des analyses taillées à la mesure de leur intérêt immédiat.

À droite, les partisans de Nicolas Sarkozy y verront la validation de son discours anti-élite. Face à Alain Juppé, ils se prendront à rêver d’une surprise politique tout aussi saisissante aux primaires de novembre, contre les sondages et ceux qu’ils nomment les « bien-pensants ». Les proches d’Alain Juppé nourriront l’espoir que l’élection américaine accentue l’effet de repoussoir du trumpisme à la Française que sont le sarkozysme et le lepénisme.

À gauche, le président de la République pensera probablement que la victoire de Trump s’ajoute à la liste des arguments plaidant pour sa candidature, soignant son image, pourtant écornée, de père de la Nation. Jean-Luc Mélanchon lui-même en conclura que sa ligne 100% contestataire est la seule qui vaille pour contrer la marée montante du Front National, comme si l’arme ultime était d’opposer le populisme au populisme.