Articles marqués avec ‘Philippe Buisson’

Florent Boudié salue la prise de fonction du nouveau Sous-préfet de Libourne

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Demenagement-des-services-de-la-sous-prefecture-de-Libourne_largeAu moment où le nouveau Sous-préfet de Libourne prend ses fonctions, le député de la circonscription du Libournais, Florent Boudié, tient à saluer sa nomination.

« Les missions des Sous-préfets ont considérablement évolué au cours de ces 10 dernières années », tient à souligner le député. « Représentants de l’autorité de l’État dans l’arrondissement, mais aussi ressources pour nos élus locaux, qui doivent bien souvent se frayer un chemin dans l’écheveau de réglementations d’une grande complexité« .

Libourne : disparition de Jean-Pierre Gauthier

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

le-maire-philippe-buisson-et-jean-pierre-gauthier-il-y-a_3931286_1000x500Le matin se lève à Libourne qui vient de perdre l’une de ses plus grandes figures avec la disparition de Jean-Pierre Gauthier. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui éprouvent une perte immense, une très profonde tristesse et ce sentiment d’une époque qui semble peu à peu s’éloigner.

Jean-Pierre était indissociable de Libourne qu’il aimait et défendait avec passion. Il en connaissait les femmes et les hommes, les beautés parfois cachées, les anecdotes innombrables. Son sens de la dérision, celui aussi de l’amitié et de la convivialité, en faisait un homme profondément attachant et charmant.

1914-2014: les célébrations autour de la Grande Guerre

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

photo 3photo 2photo 1P1030536P1030541P1030537

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les célébrations organisées ce 11 novembre pour le centenaire du premier conflit mondial ont donné lieu, partout dans notre circonscription, à des moments d’intense émotion. Comme à Libourne, en présence de Philippe Buisson et de Corinne Venayre, et à Saint-Emilion où de jeunes enfants, côtoyant nos anciens combattants, ont lu la correspondance adressée à leurs proches par quelques-uns de nos « poilus ». L’occasion de faire acte de pédagogie auprès de notre jeunesse, de transmettre aussi la mémoire de cette période tragique où les nations européennes se faisaient la guerre. L’occasion aussi de dire et redire que l’Europe n’est pas la cause de nos problèmes mais la solution à notre avenir.

À Saint-Emilion, où les cérémonies se déroulaient à 15h30, après la messe célébrée par l’Abbé de Rozières, Bernard Lauret, le maire, m’a remis l’écharpe tricolore portée par l’Abbé Bergey, curé de Saint-Emilion, aumônier de la 36 DI pendant la Grande Guerre, et député de la circonscription de 1924 à 1932. C’est avec cette écharpe que j’ai eu l’honneur de fleurir le monument aux morts, en présence des enfants des écoles et de très nombreux habitants venus rendre hommage aux soldats qui perdirent la vie entre 1914 et 1918.