Articles marqués avec ‘Sainte-Foy-la-Grande’

Le député réagit à la menace de fermeture d’une classe à l’école maternelle Pauline Kergomard

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Le 21 février dernier, suite à l’annonce d’une décision programmant une possible fermeture de classe au sein de l’école maternelle de Sainte-Foy-la-Grande, Monsieur Florent Boudié a aussitôt demandé à Monsieur Claude Legrand, directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN), de bien vouloir revenir sur sa décision.

Les rendez-vous du territoire de Galgon et de Sainte-Foy-la-Grande

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Florent Boudié assurera ses permanences parlementaires :

–          le vendredi 15 février 2013, de 10 heures et 12 heures, en mairie de Galgon en salle du mariage,

–          le samedi 16 février 2013, de 10 heures à 12 heures, en mairie de Sainte-Foy-la-Grande, en salle Pierre Dard.

Les personnes souhaitant rencontrer le député peuvent se présenter directement en mairie sans rendez-vous.

Voeux au territoire : « Vous être utile »

Ecrit par Florent Boudié sur . Publié dans Circonscription

Florent Boudie - Voeux2013

Discours de Florent Boudié, député de la Gironde

Cérémonie des voeux institutionnels au territoire
Lundi 21 janvier 2013, Sainte-Foy-la-Grande, salle Clarisse Brian
Mesdames et Messieurs,
Mes chers amis,
Je ne saurais débuter ces voeux sans évoquer le contexte de gravité qui est le nôtre puisque notre pays est engagé au Mali, depuis maintenant 10 jours.
Si le choix de la France n’avait pas été celui-ci, la question ne serait plus, aujourd’hui, de savoir quand intervenir. Parce qu’il serait déjà trop tard. Parce que le Mali aurait été conquis entièrement, par des groupes fondamendalistes, au coeur de l’Afrique de l’Ouest, c’est-à-dire aux portes de l’Europe.
Ce que combat la France, c’est le terrorisme. Et le terrorisme, c’est la Barbarie. Cette bataille n’a pas de frontières. Elle est diffuse. Elle est Malienne aujourd’hui. Elle était Afghane hier. Peut-être devra-t-elle se porter ailleurs, demain. Car le combat contre le fondamentalisme, tous les fondamentalismes, n’est jamais achevé.
Nous avons déjà dû faire face à des pertes humaines. L’un de nos soldats, dès les premières heures de l’affrontement, est mort au combat. Et je veux bien sûr saluer, avec vous tous, la mémoire de Damien Boiteux, celle aussi de l’otage Français, Yann Desjeux, disparu à In Amenas, en Algérie, et rendre hommage, à travers eux, à ceux qui combattent sous le drapeau Français et, aujourd’hui, en l’occurrence, sous la bannière des Nations Unies.