Tribune – La France a un sérieux problème avec la rétention des enfants étrangers – Le Monde

Le député Florent Boudié (LRM), qui déposera une proposition de loi à la fin de l’année, estime, dans une tribune au « Monde », que le gouvernement doit régler dignement la rétention des étrangers les plus vulnérables.

 

En séparant parents et enfants entrés illégalement aux Etats-Unis, Donald Trump a relancé le débat sur la rétention des mineurs étrangers, qui agite la France. Les situations sont différentes. La France ne pratique pas la séparation des familles. Quant au nombre d’enfants placés en rétention, sans proportion avec la situation américaine, il a atteint, en 2017, le chiffre de 305 en métropole, 4 200 dans le seul ­département de Mayotte, pour 50 000 étrangers retenus en instance d’expulsion.

Mais la France a été sévèrement condamnée, entre 2012 et 2016, par la Cour européenne des droits de l’homme. Les juges de Strasbourg n’ont certes pas sanctionné le principe même de la rétention. Ils ont toutefois estimé, à six reprises, que la France violait plusieurs des principes de la Convention européenne des droits de l’homme : l’interdiction des traitements inhumains (article 3), le droit à la liberté et à la sûreté (article 5) et le respect de la vie privée et familiale (article 8).

Notre pays a donc un sérieux problème avec la rétention des mineurs. Le candidat Hollande s’était engagé, s’il était élu à l’Elysée, « à mettre fin dès mai 2012 à la rétention des enfants et donc des familles avec enfants ». Une circulaire publiée à l’été 2012, puis une loi confuse adoptée quelques mois plus tard, ont bien tenté de fixer un cadre, mais sans tenir la promesse présidentielle.

Résultat : en métropole, le nombre d’enfants retenus a quadruplé entre 2013 et 2016, passant de 41 à 172, avant de bondir en 2017, tout près du record atteint sous Nicolas Sarkozy : 384 enfants en 2011.

Une politique de continuité

Il faut donc « tirer les leçons du pouvoir », puisque la politique conduite en ce domaine par les gouvernements successifs – de droite, de gauche et d’ailleurs – frappe avant tout par sa continuité. Pourquoi la France ne se désaccoutume-t-elle pas d’une forme de maltraitance contraire à l’intérêt de l’enfant…

Article complet :
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/06/26/la-france-doit-mettre-fin-a-la-retention-des-enfants-etrangers_5321248_3232.html

Photo : Des sauveteurs débarquent un enfant recueilli au large des côtes espagnoles, à Malaga, le 23 juin. JON NAZCA / REUTERS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Actualités

Une délégation de parlementaires présente au Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

À l’invitation de Florent Boudié, député de la Gironde et conseiller régional de Nouvelle Aquitaine, une délégation de parlementaires du groupe La République en Marche, issus de plusieurs des territoires de la grande région, ira ... Voir plus

Pont de Beauséjour à Libourne : un pas vers la rénovation

Fermé à la circulation des poids lourds depuis plus de dix ans, le Pont de Beauséjour de Libourne est l’objet d’un différend entre la ville et SNCF Réseau quant au partage des coûts de rénovation, ... Voir plus