Le député LREM de Gironde Florent Boudié dénonce la rétention des mineurs étrangers en France

Le député La République en marche (LREM) Florent Boudié a jugé dans une tribune parue mardi dans Le Monde que la France avait « un sérieux problème avec la rétention des enfants étrangers ».

Dénonçant « une forme de maltraitance contraire à l’intérêt de l’enfant », l’élu de Gironde a souligné qu’après avoir « quadruplé entre 2013 et 2016 », le nombre de mineurs étrangers retenus en métropole avait « bondi en 2017 » à 305 enfants – le département ultramarin de Mayotte en comptant de son côté 4.200.

M. Boudié s’est dès lors engagé à ce que « le quinquennat d’Emmanuel Macron ne s’achève pas sans que sa majorité parlementaire ait apporté une réponse durable à une controverse ancienne, pour progresser dans le sens de la protection de l’enfance et de la dignité humaine. »

Une proposition de loi annoncée

Pour ce faire, il compte déposer une proposition de loi « dès la fin de l’année », destinée à s’attaquer « à la question plus générale de la rétention des étrangers vulnérables: les enfants, (…) mais aussi les femmes enceintes, les personnes âgées, handicapées ou souffrantes. » 

Le groupe de travail chargé d’élaborer cette proposition se réunit pour la première fois mardi. Le député de Gironde assure que « toutes les réponses seront analysées, de l’encadrement strict à l’interdiction pure et simple » de la rétention des mineurs concernés.

Lors des débats autour du projet de loi asile-immigration au Sénat, clôturés lundi, les élus des territoires avaient interdit l’enfermement des mineurs isolés et encadré celui des enfants accompagnés par leur famille. Le texte doit maintenant faire l’objet d’une commission mixte paritaire.

Photo : Florent Boudié dans la Salle des Quatre Colonnes à l’Assemblée nationale le 27 mars 2018. / © Aurelien Morissard MaxPPP

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


opinions

média

Laïcité, la majorité cherche à déminer le terrain

Le projet de réforme du régime des cultes est repoussé à l’automne et ne devrait pas passer par une modification de la loi de 1905. Sans attendre, le parti présidentiel relance en son sein le ... Voir plus

Loi de 1905 : de simples ajustements

Le gouvernement envisage des « ajustements » de la loi de séparation des églises et de l’État. Principal enjeu : le statut des associations qui gèrent les lieux de culte La question est sensible, elle a souvent fracturé ... Voir plus