Le débat national en Libournais

Le débat national, qui se déroulera du 15 janvier au 15 mars 2019, était devenu indispensable.

Le registre de l’action publique ne peut pas être celui de la seule indignation. Le refus du dialogue, la méfiance citoyenne, quand ce ne sont pas les menaces et les violences belliqueuses envers les élus et les journalistes, ne peuvent pas tenir lieu d’expression sociale et démocratique. Elles en sont au contraire la négation.

S’il convient de toujours se méfier de celles et de ceux – élus, intellectuels, citoyens, … – qui prétendent être le peuple à eux seuls, notre pays traverse une grave crise sociale et démocratique, dont les signaux sont depuis longtemps passés au rouge écarlate :  de l’accession, à deux reprises, en l’espace de 15 ans, de l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle, jusqu’à l’effondrement des partenaires syndicaux comme des partis traditionnels de droite comme de gauche.

Dans le débat qui s’ouvre, je souhaite que la parole soit libre, sans filtre et sans tabou. À une seule condition : la volonté de comprendre et de dialoguer avant celle de juger.

Pour participer à ce débat, 3 outils seront développés :

– Le débat national se déploiera tout d’abord à partir des réunions d’initiatives locales sur les quatre thèmes qui recouvrent les grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté ;

– A compter du 21 janvier, les contributions des Françaises et des Français pourront être directement déposées sur le site : https://granddebat.fr ;

– Des stands de proximité seront installés dans les lieux de passage du quotidien.

À partir du 1er mars, des Conférences citoyennes régionales seront organisées, associant des Français tirés au sort dans chaque région à des représentants de diverses parties prenantes. Ils pourront participer à l’élaboration de pistes concrètes.

Localement, depuis le 16 janvier et jusqu’au 15 mars, j’ai mis à disposition un cahier d’expression citoyenne à ma permanence parlementaire de Libourne* où chacun pourra exprimer ses propositions.

Dès ce mois de janvier, je réunirai un comité consultatif composé, à la même proportion, d’élus locaux, de partenaires économiques, de partenaires sociaux et de gilets jaunes. Ce comité aura vocation à m’accompagner dans l’organisation de quatre rencontres thématiques, entre les mois de février et mars, dans les principales communes de notre territoire.

Il reviendra au comité consultatif du Libournais – à l’appui des remarques issues de ces réunions et des doléances inscrites sur le cahier – de formuler une série de propositions qui seront versées au débat national et dont je me ferai le porte-parole. Une restitution des travaux sera rendue publique.

Au-delà du débat national, ce comité consultatif aura vocation à m’accompagner tout au long de mon mandat, pour exprimer ses réflexions et ses recommandations.

Le débat national doit permettre à notre pays de purger les colères et la lassitude démocratique qui se sont imposés, élection après élection, en particulier face au creusement des injustices sociales et aux précarités dont souffre notre territoire et beaucoup de français.

Dès le début du mouvement des « gilets jaunes », j’avais affirmé ma conviction que la colère citoyenne, appelle inévitablement un « blast politique, social et même institutionnel« .

Après le débat, devra venir le temps des décisions. Elles devront être puissantes et fortes si nous voulons refaire notre société.

* Permanence parlementaire :

57, cours Tourny – 33500 Libourne,

Du lundi au vendredi 9h/12h30 – 14h/18h.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


opinions

média

Le débat national en Libournais

Le débat national, qui se déroulera du 15 janvier au 15 mars 2019, était devenu indispensable. Le registre de l’action publique ne peut pas être celui de la seule indignation. Le refus du dialogue, la ... Voir plus

Le Gouvernement accompagnera l’industrie du libournais

Je me réjouis de l’annonce du Premier ministre Edouard Philippe qui a retenu le bassin industriel libournais, parmi les 124 territoires d’industrie dévoilés lors du Conseil national de l’industrie, ce jeudi 22 novembre. Cette reconnaissance ... Voir plus